Projet ANR – A la recherche des carnets de notes des amateurs

Projet ANR : Cinéma populaire et cinéphilie populaire dans l’après-guerre en France :1945-1958.
A la recherche des carnets de notes des amateurs
 
anrContrairement à ce que pourrait laisser croire la légende dorée de la cinéphilie, les années 50 ne sont pas une période immobile et grise, entre l’âge d’or du cinéma français (1935-1945) et la Nouvelle Vague ; notre propos est de restituer toute la complexité de cette période, dans sa dimension populaire.
Entre 1945 et 1958 on ne va pas seulement voir un film mais différents programmes : les actualités, le court-métrage, l’entracte, le dessin animé… Aller au cinéma, en outre, ce n’est pas seulement voir un film, mais entrer dans un espace transitoire, entre privé et public, celui de la salle de cinéma. Entre 1945 et 1960, la salle de cinéma est le seul endroit possible pour voir des films, parfois le seul endroit acessible aux moins fortunés des spectateurs pour trouver un peu d’intimité. La sortie au cinéma est un moment de sociabilité.
Il est nécessaire, pour restituer cette dimension, de mener des entretiens avec les témoins de l’époque et de recueillir leurs témoignages, oraux et écrits. Les années 40-50 constituent l’intermédiaire, du point de vue de l’expression de l’amour des films, entre des pratiques comme celles du journal intime au siècle précédent, et du blog en réseau au siècle suivant. C’est, par exemple, le « petit carnet » ou la « fiche » que l’on tient à jour.
Les chercheurs associés à ce projet ANR (Agence Nationale de la Recherche) sont en quête de ces traces écrites par des cinéphiles amateurs entre 1945 et 1958. Ce travail donnera lieu à un livre, où les personnes qui ont prêté leurs « petits carnets de cinéphiles » seront, au choix, présentés avec leur nom ou anonymement. Chaque objet prêté sera bien entendu rendu rapidement à son propriétaire.
Pour toute question : contacter L. Jullier ou J-M Leveratto :