Christophe Bier à la Cinémathèque de Grenoble

AUX MARGES DU CINEMA
Acteur, auteur, réalisateur, critique et historien du cinéma, Christophe Bier nous propose de découvrir deux curiosités cinéphiliques : Chut !, un film méconnu de Jean-Pierre Mocky, et Dans les griffes du loup-garou, pur produit du cinéma bis.

Quand on offre une carte blanche à l’auteur du Dictionnaire des longs métrages français pornographiques et érotiques en 16 et 35 mm (Éditions Serious Publishing), on s’attend à tout. Sauf à ce qu’il vous propose de revoir Jaloux comme un tigre de Darry Cowl… Ce fut pourtant la première suggestion de Christophe Bier. Faute de copie disponible, l’acteur, réalisateur, critique et historien du cinéma a finalement opté pour Chut ! (1972), de Jean-Pierre Mocky, et Dans les griffes du loup-garou (1977), de Miguel Iglesias. Deux films qui témoignent de sa passion pour les objets cinématographiques non conventionnels.

ALLIANCE CHERCHE DOIGT Bier_Maura_Petitjean_MockyChut ! est un film peu connu de Mocky, avec Jacques Dufilho et Michael Lonsdale dans les premiers rôles. « C’est un film assez bizarre. Considérant qu’une comédie ne doit jamais dépasser une heure vingt, Mocky l’a remonté après sa sortie en 1972, en coupant plusieurs passages dont le meilleur : un pur moment de folie dans lequel Michael Lonsdale se met à chanter, dans un chassé-croisé délirant, avec des personnages hilares comme on en trouve que chez Mocky. Depuis longtemps, seule la version courte de 65 minutes est commercialisée (notamment en DVD). C’est une copie de la rarissime version longue d’origine que nous verrons », déclare Christophe Bier.

Pulsions et poésie
Avec son second choix, il nous entraîne à la découverte du « cinéma bis », dont il est l’un des grands spécialistes : « Il s’agit d’une notion aux contours un peu flous qui désigne principalement des films d’exploitation tournés en Europe dans les années 60 et 70, avec peu de moyens et la volonté de s’imposer dans les salles de quartier en misant sur les ingrédients les plus racoleurs qui soient, notamment la violence et le sexe ».

Dans les griffes du loup-garou met en scène l’acteur espagnol Paul Naschy (1934-2009), bien connu des amateurs du genre pour avoir interprété pratiquement tous les types de monstres au cours de sa très prolifique carrière – plus de 80 films. Il reprend ici son rôle de prédilection, celui du Waldemar Daninsky, l’homme-loup. « C’est un film un peu fou qui mélange loup-garou, yéti, amazones, sorcières cannibales et tyran démoniaque. Un cinéma brut, un peu naïf, mais Naschy met tellement de cœur à l’ouvrage que cela force l’admiration », reprend Christophe Bier. Il ne s’agit pas pour ce cinéphile iconoclaste de se gausser devant un nanar : « Le sérieux des acteurs et les dialogues pompeux peuvent prêter à rire, mais je déteste par-dessus tout ce rire de connivence un peu forcé, qui se veut l’expression d’une forme de supériorité du spectateur. Ce qui m’intéresse dans le cinéma bis, ce n’est pas le second degré, mais bien l’expression brutale des pulsions enfouies et la poésie insolite qui se dégage des images ».

DU BIS AU PORNO

Ayant échappé de justesse à une carrière de professeur de Lettres, Christophe Bier a travaillé pendant sept ans auprès de Jean-Pierre Mocky comme acteur, directeur de casting puis assistant-réalisateur – sur Robin des mers (1997) et Alliance cherche doigt (1997).
Journaliste spécialisé dans les marges du cinéma de genre, de la littérature populaire et de la BD érotique, il écrit pour des magazines spécialisés (Mad Movies, Sofilm, Schnock, Couples), est chroniqueur depuis 2000 pour l’émission Mauvais Genres diffusée sur France Culture et présente des films pour la plateforme VOD FilmoTV.
Depuis 2003, il a consacré plusieurs documentaires et ouvrages au cinéma bis, mais aussi au cinéma érotique et pornographique. « Je m’intéresse aux films qui explorent les mauvaises pulsions, les instincts les plus bas de l’Homme. Cela m’a conduit fort logiquement au cinéma pornograpique, qui cible le plus primaire de tous : le sexe ». Poursuivant parallèlement sa carrière de comédien au théâtre et au cinéma, il a joué récemment dans Les Garçons sauvages, premier long métrage de Bertrand Mandico, et dans EquinoXe, un film porno de John B. Root.

 

Présent tout au long de la semaine à la Cinémathèque, Christophe Bier effectue une courte résidence pour s’immerger dans les collections films et non-films de la Cinémathèque afin de poursuivre ses recherches… Nous publierons prochainement un compte-rendu de sa semaine à Grenoble…

Et à l’occasion de sa présence parmi nous, les Petites formes du jeudi 10 mars permettront de découvrir son documentaire Exotisme, coups de poing et porte-jarretelles.

Retrouvez ici le programme de la carte blanche à Christophe Bier.