Cycle consacré à Safi Faye

safi faye 2

En 1998, Safi Faye a accepté d’être membre du jury du 21ème Festival du Court-métrage. Récemment, alors qu’était évoquée la destruction des copies de certains de ses films, elle nous a contacté afin de les déposer dans notre collection. Nous avons accepté, bien sûr ; c’est également devenu un prétexte pour un cycle, ces deux soirs, qui lui sont consacrés.

En parlant avec Safi Faye, on ne peut qu’être surpris de l’engagement qu’elle a vis-à-vis de son oeuvre : elle refuse de diffuser et de montrer l’un de ses films, jugé trop médiocre, à son avis, et insiste pour présenter Mossane : elle ne peut concevoir de ne pas rencontrer, partager, discuter avec le public.

Le cycle que nous proposons se compose de trois films, et fait écho au « panorama » du cinéma africain que nous avions présenté au premier semestre 2011 : on retrouvera d’ailleurs des thèmes proches, tels que l’opposition entre la tradition et la modernité (Fad,Jal), que Safi Faye mettra en scène dès le milieu des années 70. Elle traitera aussi des problèmes économiques du monde rural : ce sera Kaddu Beykat (Lettre paysanne), premier long métrage d’une cinéaste et ethnologue.

Enfin, pour l’anecdote, on retient souvent que Safi Faye a travaillé avec Rouch et qu’elle est la première femme africaine a avoir réalisé des films.