Les Trois lumières, de Fritz Lang, par Eric Dufour

Les3Lumieres1Après Jean Douchet sur Rohmer et Daniel Bougnoux à propos des Portes du Paradis, c’est au tour d’Eric Dufour, bien connu des habitués de la Cinémathèque, d’ouvrir la saison et de présenter le film de Fritz Lang Der Müde Tod (Les Trois lumières), réalisé en 1921.

Cette ouverture placée sous le signe du cinéma allemand marque aussi une des premières étapes d’un projet, organisé par le philosophe avec la Cinémathèque, autour du cinéma germanique en général, et avec comme thématique centrale la notion du mal dans ce cinéma.

Ainsi, en parallèle aux cours désormais traditionnels du jeudi en début de soirée, notre programmation sera émaillée de séances consacrées au cinéma allemand. Déjà, il est possible de repérer dans le programme de ce premier semestre l’apparition de films tels que le rare Anders als die Andern (Différent des autres) de Richard Oswald (le premier film queer de l’histoire du Cinéma !) projeté le 15 novembre ou Berlin, die Sinfonie der Grosstadt (Berlin, symphonie d’une grande ville), de Walther Ruttmann, présenté le 11 décembre dans le cadre de Traversées urbaines.

Le second semestre de la saison fera une place encore plus grande au cinéma allemand, avec un colloque organisé par l’UPMF les 6 et 7 juin autour du cinéma nazi, accompagné comme il se doit d’un cycle organisé par la Cinémathèque dans la salle Juliet Berto.  Des publications viendront également souligner et enrichir ces événements : Le Mal dans le cinéma allemand, par Eric Dufour (à paraître chez Armand Colin début 2014) d’une part, et les actes du colloque d’autre part.

Enfin, c’est en toute logique au Festival du Film Court en Plein Air que l’on verra se conclure cette saison germanique, lors d’une séance spéciale mettant à l’honneur le court-métrage allemand.