Qu’est-ce qu’un maudit film ?

« Qu’est-ce qu’un maudit film » ? « Pourquoi un festival des Maudits Films ? » Depuis la création du festival, la question se pose. Et la réponse change, évolue selon les années, l’humeur et la personne qui questionne…

À l’origine, se trouve, bien entendu, le fameux « festival du Film Maudit » où était présente la volonté de proposer au public les films que les distributeurs, exploitants, refusaient de montrer – et c’est aujourd’hui bien connu, parmi ces films, se trouvaient les réalisations de Jean Vigo. Cette même volonté nous a porté, à une différence près : nous ne voulions pas voir et montrer des films du présent, mais ceux du passé.

De façon très naturelle, la programmation du Festival des Maudits Films s’est orientée vers le cinéma de genre. Or, jamais cette idée n’est apparue clairement ainsi. Jamais il n’a été dit : « Tiens, nous allons montrer des films d’horreur, des films de science-fiction et des western-spaghetti ». Par-contre, l’idée et l’envie sont venues de proposer Le Cauchemar de Dracula, Planète interdite ou encore Le Temps du massacre.

Séries B, films Bis ou de « genre » et réalisations à 3 francs, six sous ont envahi la programmation car ils sont une partie importante (et nécessaire) de l’histoire du cinéma… sans les westerns de série B de la Républic il y aurait-il eu un John Wayne dans La Prisonnière du désert ? Sans les productions au budget dérisoire de Roger Corman, où seraient Francis Ford Coppola, Monte Hellman et Jack Nicholson ?

Ces films ont créé une véritable culture « pop » et un espace de liberté d’expression cinématographique ou (presque) tout est permis. Un endroit où le politiquement correct et les tabous volent en éclats, où les idées, l’inventivité, et parfois la naïveté, remplacent le manque de moyens techniques et financiers.

Ainsi le festival des Maudits Films est une représentation de la diversité au cinéma, c’est un mélange des genres, dans tous les sens du terme. C’est un pied de nez à ceux qui ont des idées arrêtées sur le cinéma, son histoire, sa fonction. Non, l’histoire du cinéma ne s’est pas bâtie seulement sur les films de Dreyer, Murnau ou Kubrick, tout comme, non le film de genre n’est pas un genre à lui tout seul et est présent partout dans le cinéma, même chez Dreyer, Murnau et Kubrik !

Pour revenir à la première question posée – et qui appelle tant de différentes réponses – un maudit film, c’est un film que l’on recherche, désespérément. C’est un film oublié. C’est un film qui est seulement diffusé sur les chaînes du câble à 3h du matin, sans même être indiqué sur les programmes dédiés et que l’on découvre une nuit d’insomnie. C’est un film rare. C’est un film qui reste en salle une semaine avant d’être dégagé pour faire place aux blockbusters (que cela soit en multiplexe ou en cinéma « art & essai »). C’est un film mal vu. C’est un film que nous avons loué, et re-loué, en vidéocassette dans notre jeunesse mais que nous ne connaissons pas sur grand écran. C’est ce titre cité dans un obscur livre de cinéma, c’est un écart dans une filmographie, c’est ce film que tout le monde connaît sans jamais l’avoir vu. Un maudit film, c’est tout cela et plus encore… Mais une chose reste, inéluctablement : « c’est ce put*** de film que je veux voir sur grand écran ! »

Karel Quistrebert, Déléguée générale du Festival