Festival 2014 : les films de la sélection en REGARDS

Retrouvez ici la sélection Regards du 37ème Festival de Film Court de Grenoble.

Mercredi 2 juillet

A Political Story, Lander Camarero, Espagne, Etats-Unis (26’56)
Projet de fin de carrière de Lauren C. Carroll, étudiante en cinéma au New York Film Institute. A l’opposé des camarades de sa promotion, Lauren décide de faire abstraction des loisirs pour réaliser un travail politiquement engagé.

Je suis un dessin de princesse, Gwenael Mulsant, France (02’02)
Depuis quelques mois, chaque matin quand je l’accompagne à la maternelle, ma fille me demande de lui faire un dessin de princesse. Puis ses amies aussi. Un peu comme à l’époque où je faisais des Cobra pour mes copains.

C’est le ciel qui vous envoie !, Pierre Aboujaoude, France (24’00)
Clément va à une soirée déguisé en prêtre, quand une jeune fille, Valentine, accourt vers lui dans la rue. Elle le supplie de se rendre au chevet de son père malade qui a émis le souhait de voir un prêtre le soir même. Face à l’insistance de Valentine, Clément finit par accepter et devient prêtre d’un soir.

Rift, Rolf Heldal, Norvège, Royaume-Uni (14’45)
Lars vit une vie solitaire travaillant comme agent de sécurité. A la mort de son père, il hérite de son chien agressif. Lars doit décider quoi faire avec le dernier vestige d’un homme qu’il préfère oublier.

Laisse-moi finir, Doria Ac hour, Tunisie, France (10’06)
Sonia ne croit plus en l’engagement, qu’il soit amoureux ou politique. Elle erre entre Paris et Tunis établissant un constat amer sur l’après-révolution tunisienne.

Rêves de brume, Sophie Racine, Belgique (5’00)
Pour fuir le mouvement trépidant de la ville, un homme part en montagne. Arrivé à un refuge, le brouillard a envahi la montagne laissant place à un paysage tout blanc. Il s’arrête.

Nous sommes tous des êtres penchés, Simon Lelouch, France (27’12)
Nous sommes tous des êtres penchés. C’est notre manière pour nous tenir debout. Le fils de Buffalo Bill ne tire pas aussi bien que son père mais il s’entraîne. Paul coupe peut-être aussi bien les cheveux que son père, mais pour cela, il faudrait que ce dernier lui donne sa chance, ou du moins, le regarde. Deux combats, deux époques, pour une même soif de reconnaissance, sur deux histoires qui ne finissent pas de ricocher l’une sur l’autre.

Jeudi 3 juillet

La gran desilusión, Pedro González Kuhn, Espagne (10’20)
Le premier septembre 2012, le gouvernement espagnol a augmenté les impôts de la culture de 8 à 21% ce qui a provoqué la fermeture de plusieurs cinémas et de plusieurs emplois.

L’Île noire, Nino Christen, Suisse (06’35)
Sur une île, au bord de la forêt, un gardien et son oiseau vivent une vie misérable et isolée. Un jour, une chance trompeuse vient pour les arracher à l’ennui. Mais un grand danger se cache derrière elle.

Planter les choux, Karine Blanc, France (18’00)
Julie a un entretien d’embauche ce matin, et trois mois de loyer en retard. Julie a un bébé aussi, personne pour le garder et pas de place en crèche. Alors Julie doit se débrouiller, avec son bébé, pour décrocher un travail. Elle a tout prévu, sauf les caprices d’un vieil ascenseur et un tête-à-tête singulier avec son futur employeur.

Encore des changements, Barbara Malleville, Benoît Guillaume, France ( 10’00)
Un homme a perdu la tête. Il essaie de la rattraper, mais celle-ci n’en fait qu’à sa tête.

L’équation, Mathieu Hippeau, France (12’00)
Serge, jeune prof de maths dans un collège de banlieue tente de faire résoudre une équation à ses élèves mais il est perturbé par un coup de fil qu’il vient de recevoir. Karima, une forte tête nulle en maths parvient malgré elle à résoudre le problème.

Padre, Santiago « Bou » Grasso, France, Argentine (11’55)
Argentine, 1983. Une femme consacre sa vie entière au soin de la santé de son père, un très haut dignitaire de l’armée. Sa routine quotidienne est réglée par les tintements d’une horloge. La femme s’enferme chaque jour un peu plus dans son petit univers.

L’instant fragile de nos retrouvailles, Xavier Champagnac, France (28’00)
Alex, journaliste local, vit avec Adèle, une relation faite d’habitude et de monotonie. Il interviewe Elodie, jeune coiffeuse et ne reste pas insensible à son charme. Cette rencontre l’aidera-t-il à révéler ses véritables sentiments ?

Une Chambre Bleue, Tomasz Siwinski, France, Pologne (14’26)
Un homme se réveille dans une chambre bleue. Il est coincé. Il ne peut pas s’en échapper. La fenêtre est son seul lien avec le monde extérieur. Elle filtre mystérieusement la réalité.

Vendredi 4 juillet

Ne parlez pas d’amour, Hadrien Bichet, France (23’00)
Samir est fasciné par Léa, première de la classe, immobilisée dans un fauteuil roulant et belle à en mourir. Samir accumule les impairs avec elle jusqu’au jour où, la trouvant bloquée devant un ascenseur en panne, il la prend dans ses bras et dévale les escaliers.

La Grande évasion, Tommy Redolfi, France (08’32)
Melville a sept ans. Tête de Turc de son école, il passe la majeure partie de son temps à observer les lucioles s’agiter dans l’obscurité avec son chien, Spidi. Seulement, un soir, l’autre, élève bagarreur, vient troubler le spectacle…

French It Up !, Alice Vial, Karine Sabrina, France (26’30)
La vie parisienne de Louisa est perturbée par l’arrivée de sa petite sœur Olivia. Cette dernière ramène dans ses valises le souvenir de leur enfance en Angleterre ; un passé auquel Louisa a choisi de tourner le dos en émigrant en France.

Rouge Vif, Jean-Sébastien Viguié, Manuel Henoque, France (9’00)
Paris, 3 heures du matin. Excités, Katia et Mitch atterrissent dans un parking pour faire l’amour quand Katia subjuguée par l’arrivée d’une voiture de luxe se ravise. Frustré Mitch bondit sur le conducteur sans se douter de ce qu’il va provoquer.

Square, Christophe Loizillon, France (20’00)
Dans un square, chacun vit sa vie…

A Thing So Small, Mizmor Watzman, Israël (08’48)
En dehors d’une petite maison nichée dans les montagnes, une petite fille nommée Lali joue joyeusement. Une brise d’automne apporte la mort avec elle. Lali, curieuse et innocente, se retrouve aux prises avec la mort de la grand-mère qu’elle aimait.

Rester là, Fabien Daphy, France (13’50)
Un soir, Max, jeune père divorcé, ne parvient pas à quitter l’immense zone commerciale dans laquelle il est venu faire des courses. Le labyrinthe de sorties et de directions contradictoires le ramenant constamment sur ses pas.

Retrouvez toute la sélection des films en COMPETITION ici.