« Guy Moquet » à Grenoble : Mardi 1er juillet

Belle histoire que celle de « Guy Moquet« . Une troupe d’apprentis acteurs est réunie par une équipe de réalisation autour d’un pari un peu fou : raconter l’histoire d’un bisou au coeur de la Cité, sur la place publique.
La place est celle du quartier de la Villeneuve à Grenoble et le film offre un contre-champ saisissant de l’image du quartier grenoblois telle que véhiculée par les média depuis quelques années. La Villeneuve est en effet particulièrement stigmatisée depuis le désormais célèbre « Discours de Grenoble », tenu en 2010 par Nicolas Sarkozy lors d’une visite, suite à une période d’émeutes. Puis le reportage diffusé à l’automne 2013 dans l’émission Envoyé Spécial a poursuivi son oeuvre de focale médiatique avec une image dure et stéréotypée de « quartier sensible ».
Le projet du film nait en février 2013 avec Ville9 la série, une association créée en 2010 dans le quartier suite à ces événements. Pour Demis Herenger, le réalisateur :

« le projet participe à transformer la situation qui est initialement donnée. Je suis attaché à une dimension performative particulière du tournage. »
« Nous savons que les images qui nous sont données à voir des « quartiers » vont souvent dans le même sens (drogues, trafics, prison, délinquance, gangsta rap, tournantes…), et l’on finit par oublier qu’il existe d’autres sens possibles. J’ai l’impression que les jeunes des quartiers constituent les corps à la fois passifs et actifs de ces images qui vont dans le même sens. D’un côté, ils sont les objets, victimes de ces projections subies, de l’autre, ils sont tenus de coller au seul rôle dans lequel ces images les enferment. C’est ce double système de projection que j’avais envie de saper. L’important pour moi, c’est de participer à la multiplication des images, en tout cas de faire savoir qu’il y a des images manquantes. » (1)

Sélectionnée à La Quinzaine des Réalisateurs en mai dernier, la comédie romantique de 32 minutes « Guy Moquet » a soufflé sur le public et les professionnels comme une bouffée d’oxygène.

(1) Demis Herenger, propos issus du Dossier de presse « Guy Moquet »

 

tournage2013

Synopsis :
Guy Moquet ou Guimo ou Guim’s a promis à Ticky de l’embrasser au crépuscule en plein milieu du quartier devant tout le monde. Peut-être pas si fou ? Mais peut- être pas si simple.

Première diffusion publique à Grenoble, dans le cadre des Nocturnes du Festival du Film Court en Plein Air.
SÉANCE SPÉCIALE Mardi 1er juillet à 23:30, place St André