Grand Budapest Hotel

Retour à l'agenda

27 oct. 2017

En partenariat avec l'Université Grenoble-Alpes / Séance présentée par Marcos Uzal, responsable de la programmation Cinéma au Musée d’Orsay


Grand Budapest Hotel

De Wes Anderson - 2014 - 99 mn - Royaume-Uni, Allemagne, Etats-Unis - Avec Ralph Fiennes, Tony Revolori, Mathieu Amalric, Adrien Brody

Dans les années trente, le jeune orphelin apatride, Zero Moustafa, entre comme lobby boy au Grand Budapest Hotel, établissement alors au sommet de sa renommée, situé à la « frontière la plus orientale de l’Europe ». L’élégant et parfumé concierge de l’hôtel, Mr Gustav, prend Zero sous son aile, perfectionne son éducation et l’entraîne dans des aventures les plus rocambolesques mêlant empoisonnement, héritage, personnages loufoques, tableau volé, témoins disparus, évasion et histoire d’amour sous fond de régime totalitaire en guerre.

« Un récit qui avance à toute vitesse, confirmant l’adresse de Wes Anderson pour les situations cartoonesques. Plus d’une fois, les héros se retrouvent suspendus au-dessus du vide : une traduction visuelle de ce qui les attend, eux et leur monde. Car c’est dit dès le prologue : le monumental Grand Budapest finira entièrement anéanti, après avoir été dépouillé de son luxe sous l’ère soviétique… L’imminence de la guerre et l’ombre du nazisme donnent une résonance par­ticulièrement émouvante à la futilité dandy du héros, qui est aussi, bien sûr, celle de Wes Anderson. La grande tenue de M. Gustave, son extrême politesse, son excentricité sexuelle (« Je couche avec tous mes amis ! »), le nuage de parfum qui l’entoure (L’Air de panache, en français dans le texte), autant de remparts dérisoires contre la brutalité en marche. »

Télérama – Louis Guichard – http://www.telerama.fr/cinema/films/the-grand-budapest-hotel,488411,critique.php