Cycle de projections Jane Campion

« Jane Campion est une drôle de cinéaste.
Pour son troisième long métrage, The Piano,
elle joue la carte d’un film en costumes.
Académisme culturel ? Film littéraire ? Plutôt
une variation étrange sur la coexistence
d’un esprit, celui d’une pianiste muette,
et d’un paysage, la Nouvelle-Zélande
des Maoris. Cela donne un film faussement
romanesque, très sensuel et très cérébral,
quelque part entre 2001, Odyssée de l’espace
et Les Hauts de Hurlevent. »
Frédéric Strauss – Les Cahiers du Cinéma n°467-8, mai 1993