Hommage à Jean-Luc Godard

Publiée le 01 octobre 2022

Cinémathèque

Hommage à Jean-Luc Godard

Nous ne sommes plus les contemporains de Jean-Luc Godard.
Pourtant, nous souhaitons lui rendre hommage à notre tour, mais nous le ferons la veille et le jour de sa naissance.

Le vendredi 2 décembre, un film-surprise sera projeté, un film à la fois connu et trop peu vu, un film rare de la maturité de l’un des plus grands artistes du siècle du cinéma. Le chorégraphe Jean-Claude Gallotta nous accompagnera à cette occasion pour évoquer la relation inédite entre la danse et les mises en scène godardiennes.

Le samedi 3 décembre, nous proposerons une approche originale de son œuvre, à travers une évocation en images de sa trajectoire grenobloise, car pendant les années 1960, Jean-Luc Godard est venu trois fois à Grenoble, invité par le ciné-club étudiant. Il y a rencontré Juliet Berto et Michel Séméniako acteurs dans La Chinoise.
Dans les années 1970, après la période du groupe Dziga Vertov, Godard s’installe
à Grenoble. Il imagine une petite caméra, la 8-35, dont un prototype a été fabriqué par la société grenobloise Aaton (fondée par Jean-Pierre Beauviala) dans ses locaux de la rue de la Paix. Parallèlement, le cinéaste installe à Grenoble l’atelier SONIMAGE qui rassemble des moyens techniques cinéma et vidéo pour faire de la télévision, telles les séries Six fois deux, France Tours Détours, produites par l’INA et qu’il a co-réalisé avec sa compagne et collaboratrice Anne-Marie Miéville. Le temps à Grenoble est vécu par le cinéaste comme le début d’une renaissance, cherchant à faire des films avec moins de moyens mais aussi pour moins de spectateurs, comme souhaitant que l’on oublie son nom afin de travailler quotidiennement, tel un moine-ouvrier, dans son usine à films. Il a réalisé à Grenoble un long-métrage, Numéro deux, tourné entre l’atelier de la rue de Belgrade et son appartement du Village Olympique. Celui-ci annonce les films-essais qu’il réalise par la suite.

Grenoble est une période secrète mais faste dans la trajectoire du cinéaste avant son retour définitif en Suisse, et c’est pourquoi l’ensemble de la cinémathèque de Grenoble souhaite partager avec les spectateurs cette partie méconnue de son histoire.

Jean-Luc Godard et Jean-Pierre Andrevon au Cinéma Le Club de Grenoble, en 1966, pour la présentation du film Masculin-Féminin

Inscription Newsletter

Cinémathèque de Grenoble

4 rue Hector Berlioz
38000 Grenoble

Horaires bureaux

Du lundi au vendredi
9h00 à 12h30 - 14h à 17h30

Centre de documentation

Sur rendez-vous
contact[a]cinemathequedegrenoble.fr

Adhésion :
Annuelle
Plein tarif | 20€
Tarif réduit | 10€*

À la journée
Plein tarif | 3€
Tarif réduit | 2€*

Contact et informations

Accueil : 04 76 54 43 51
contact[a]cinemathequedegrenoble.fr

Cinéma Juliet Berto

Passage du Palais de Justice
38000 Grenoble

Tarifs

Normal | 6,50 €
Réduit | 5,50 €
(-26 ans, +65 ans, demandeurs d’emploi, carte MC:2, abonné.e.s Tag)
Moins de 14 ans | 4 €
Carnet 6 séances | 30 €
Pass Culture | Tickets Action Cinémas | Cinéchèques
Tickets suspendus | Laissez un peu de monnaie, cela permettra d’offrir un ticket à 4€ à tout spectateur bénéficiaire des minimas sociaux qui pourra venir sur la séance de son choix

Accès

En tramway
• Ligne B : Notre-Dame Musée
• Lignes A et B : Hubert Dubedout

En bus
• Lignes C1, C3, C4, 40, T83, T84, T86, X01, X02 :
Victor Hugo
• Lignes 16 et 62 :
Notre-Dame Musée
• Lignes 12, 13, 14, 15, 6020 et T80 :
Verdun Préfecture

En vélo

En covoiturage
• laroueverte.com
• movici.auvergnerhonealpes.fr