« Mon ami Mandrin » de Francis Lacassin

« Mon ami Mandrin », un film de Francis Lacassin (1959)

Mandrin débute sa carrière de criminel à la mort de son père dans la province du Dauphiné. Condamné par le juge de Grenoble, il s’enfuit en Savoie pour acheminer la contrebande jusqu’en France. Mandrin libère des hommes de prison afin d’agrandir ses rangs et défie les fermiers généraux qui prélèvent les taxes. Soutenu par le peuple, il échappe au régiment du roi qui le traque. Il est capturé dans la nuit du 11 mai 1755 au château de Rochefort. Malgré les réclamations de la maison de Savoie, il est rapidement condamné puis exécuté.

Lors de son service militaire en Algérie, Francis Lacassin a fait la connaissance de Bernard Chardère, fondateur de la revue de cinéma lyonnaise, Positif, mais également producteur de films avec la société Les Films du Galion. Arrivé sur place en 1959, Lacassin fait la connaissance de Michel Mardore (bordelais, jeune critique de cinéma, il va lancer Premier plan avec Chardère) et de Raymond Bellour, autre jeune Lyonnais, critique et théoricien du cinéma. Francis Lacassin devient gérant des Films du Galion et devient directeur de production pour des courts métrages tournés exclusivement dans la région lyonnaise. Chardère, puis Lacassin deviennent alors cinéastes sur le tas.

Lacassin, pour sa première réalisation, choisit naturellement un hommage à l’un de ses cinéastes d’affection, Henri Fescourt, qu’il a connu et interviewé, notamment sur son serial (8 épisodes, soit 7 000 mètres) Mandrin, mis en scène en 1924 pour la Société des Cinéromans. Il écrit d’ailleurs dans Pour une contre-histoire du cinéma : « Mandrin, par son lyrisme généreux, son souffle épique et le dynamisme de ses images, s’affirme comme un véritable western français. »

Le film écrit et réalisé par Francis Lacassin, tourné trente-cinq ans après celui de Fescourt, est plus modeste. C’est un court documentaire de quatorze minutes, un portrait de Louis Mandrin, le célèbre contrebandier français du XVIIIe siècle. Il est conçu à partir d’illustrations anciennes et d’extraits du film de Fescourt, avec la patte et l’humour de Lacassin, qui est assisté de Raymond Bellour pour ce premier opus. Et pour la voix off, il s’est amusé : c’est Harold Kay, célèbre animateur de radio et comédien qui assure le commentaire.

Éditions Rouge Profond.

« Mon ami Mandrin », un film de Francis Lacassin (1959)

Réalisation et scénario : Francis Lacassin
Musique : Gérard Pellier
Directeur de la photographie : Pierre Muller
Cadreur : André Collombet
Monteur : Georges Marschalk
Production et distribution : Les Films du Galion (Bernard Chardère)
Visa : 22993

Film numérisé par Laboratoire de la Direction du Patrimoine Cinématographique (CNC) à partir des éléments d’origine déposés par Francis Lacassin.

© Succession Francis Lacassin

Inscription Newsletter

Cinémathèque de Grenoble

4 rue Hector Berlioz
38000 Grenoble

Horaires bureaux

Du lundi au vendredi
9h00 à 12h30 - 14h à 17h30

Centre de documentation

Sur rendez-vous
contact[a]cinemathequedegrenoble.fr

Adhésion :
Annuelle
Plein tarif | 20€
Tarif réduit | 10€*

À la journée
Plein tarif | 3€
Tarif réduit | 2€*

Contact et informations

Accueil : 04 76 54 43 51
contact[a]cinemathequedegrenoble.fr

Cinéma Juliet Berto

Passage du Palais de Justice
38000 Grenoble

Tarifs

Normal | 6,50 €
Réduit | 5,50 €
(-26 ans, +65 ans, demandeurs d’emploi, carte MC:2, abonné.e.s Tag)
Moins de 14 ans | 4 €
Carnet 6 séances | 30 €
Pass Culture | Tickets Action Cinémas | Cinéchèques
Tickets suspendus | Laissez un peu de monnaie, cela permettra d’offrir un ticket à 4€ à tout spectateur bénéficiaire des minimas sociaux qui pourra venir sur la séance de son choix

Accès

En tramway
• Ligne B : Notre-Dame Musée
• Lignes A et B : Hubert Dubedout

En bus
• Lignes C1, C3, C4, 40, T83, T84, T86, X01, X02 :
Victor Hugo
• Lignes 16 et 62 :
Notre-Dame Musée
• Lignes 12, 13, 14, 15, 6020 et T80 :
Verdun Préfecture

En vélo

En covoiturage
• laroueverte.com
• movici.auvergnerhonealpes.fr