Entretien avec Antonin Peretjatko, pour son film Les Algues Maléfiques

Publiée le 01 juillet 2023

Cinémathèque Festival

Antonin Peretjatko : « On n’est jamais plus puissants que lorsqu’on se déride un peu »

ENTRETIEN – Sur les plages jonchées d’algues d’une petite bourgade de Bretagne, des promeneurs disparaissent mystérieusement les uns après les autres sans inquiéter le maire de la commune, qui s’attèle au contraire à minimiser le danger pour ne pas faire fuir les touristes : dans Les Algues maléfiques, Antonin Peretjatko s’empare du film de genre et du scandale des algues vertes pour y ancrer son réjouissant univers burlesque. Il signe une comédie politique aussi inventive que joyeuse, dans laquelle les zombies ne sont jamais loin.

© Benoit Pavan / Hans Lucas pour la Cinémathèque de Grenoble

Les Algues maléfiques est une commande de France Télévisions. Qu’est-ce qui vous a conduit à accepter la proposition ?

Je n’avais encore jamais été du côté du cinéma fantastique. Lorsque Christophe Taudière, le directeur du pôle court métrage du groupe, m’a contacté il y a cinq ans pour me proposer de réaliser un film de zombies, j’ai sauté sur l’occasion. Cette commande me permettait également de revenir à un format que j’adore. Contrairement au long métrage, il m’ouvre un espace de liberté immense en termes de mécanique du scénario et de choix des comédiens. Le projet a d’abord été mis en sommeil pendant plusieurs mois en raison de difficultés de production. Nous avons finalement tourné en novembre 2021 près de Saint-Malo, dans la maison que l’écrivain Colette possédait en bord de plage. Elle venait tout juste d’être vendue et l’intérieur était encore dans son jus. C’était parfait car nous avions prévu pas mal d’effusions de sang !

Pourquoi avez-vous choisi de vous intéresser au scandale des algues vertes ?

Je voulais aborder un problème de société. J’ai d’abord hésité à m’intéresser au phénomène des téléphones portables, qu’on regarde sans arrêt, même en marchant dans la rue. Cela me donne parfois l’impression que nous sommes tous devenus des zombies. Mais je trouvais cette problématique trop restreinte visuellement. De ce point de vue, celle des algues vertes, que j’avais également en tête à ce moment-là, me paraissait plus forte. Par ailleurs, j’ai habité durant quinze ans en Bretagne et c’est un sujet que je connaissais. Quand j’étais enfant, on m’interdisait de m’aventurer sur certaines plages en raison de la présence de ces algues, même si l’on ne savait pas encore pourquoi elles étaient dangereuses. J’ai immédiatement imaginé des idées de mise en scène avec de grandes étendues vertes. Un choc esthétique de coloration est né dans mon esprit et j’ai eu envie de l’explorer.

Derrière sa dimension burlesque, votre court métrage est profondément politique. Qu’avez-vous souhaité pointer précisément ?

Le déni très fort de l’autorité politique au sujet de la dangerosité des algues vertes. Algues vertes, l’histoire interdite, la bande dessinée d’Inès Léraud et Pierre Van Hove, que j’ai découvert alors que je me situais à l’étape de l’écriture, le dénonce aussi très clairement. Je m’en suis d’ailleurs inspiré pour imaginer le rôle du maire, qui est incontestablement le méchant du film. Le tout avec un côté grand guignol assumé.

Justement : que permet la comédie, votre terrain de jeu favori, sur un sujet aussi sensible ?

En se positionnant de façon moins militante et didactique que des films qui s’adressent à des convertis, elle réussit à faire passer des messages et ouvre la réflexion de façon différente. Le levier humoristique qu’elle actionne amène le spectateur à aborder une problématique sensible de manière moins frontale. Devant le détachement et la prise de recul d’une comédie, il est plus détendu et donc plus réceptif. C’est une bouée de sauvetage !

De quelle manière avez-vous travaillé avec vos comédiens ?

Nous avons simplement procédé à de petits ajustements sur le jeu car un effet de groupe est rapidement apparu au moment du tournage et a emporté toute l’équipe dans la même direction. Chacun avait compris que le film devait infuser dans une ambiance complètement « foutraque » et tout a donc été très fluide sur le plateau. Les personnages sont tellement caricaturaux qu’il nous a fallu réussir à trouver un juste milieu entre le sur-jeu et la retenue. Nous avons beaucoup répété en dehors du décor, mais sans aller trop vers la perfection car je n’aime pas que les comédiens arrivent à l’étape du tournage avec un jeu réchauffé. J’aime favoriser le hasard de la prise ! Je souhaitais aussi que le récit soit très rythmé. En conséquence, j’ai poussé les comédiens à jouer vite en raccourcissant le temps de restitution du texte. Le film est finalement assez long et il s’agissait aussi de donner l’impression qu’il est court !

© Benoit Pavan / Hans Lucas pour la Cinémathèque de Grenoble

Les effets spéciaux occupent une place prépondérante. Ont-ils été compliqués à réaliser ?

Le film comporte beaucoup d’effets spéciaux visibles faciles à réaliser. Je pense en particulier aux rayons laser et aux désintégrations. En revanche, certains effets spéciaux numériques, comme la création des algues vertes, ont représenté un gros travail car nous tournions sur des plages qui en étaient complètement dépourvues. Non seulement tourner avec de vraies algues aurait été dangereux, mais nous n’aurions jamais obtenu l’autorisation municipale. Nous en avons seulement utilisées pour tourner les gros plans de certaines séquences. Pour le reste, il s’agit d’une pure création numérique.

Le film ne s’aventure jamais du côté de la série B ou de la série Z. Pourtant, j’imagine que la tentation a été grande…

Je me suis longtemps questionné sur l’idée de réaliser un faux nanar. J’ai été tenté, mais j’ai finalement préféré ne pas m’aventurer sur ce terrain. S’agissant des effets spéciaux, je n’avais donc pas le droit à l’erreur ou à la médiocrité. Je voulais qu’il n’y ait aucune ambiguïté sur le fait que Les Algues vertes n’est pas un faux nanar. Le seul aspect sur lequel je me suis permis un pas de côté, c’est la couleur des algues vertes. Dans la réalité, elles se teintent très rapidement en marron lorsqu’elles sèchent. Je souhaitais au contraire qu’elles restent bien vertes, notamment pour coller au titre du film.

Le personnage de Joy, cette touriste parisienne totalement « bobo » interprétée par Alma Jodorowsky, acquiert un pouvoir laser d’un genre particulier… Comment vous est venue cette idée ?

Ces rayons laser qu’elle déclenche depuis sa poitrine après avoir soulevé son tee-shirt, c’est quelque chose que je voulais mettre en scène depuis très longtemps. Au début, j’ai eu envie qu’ils apparaissent en relief à l’écran. Mais il m’aurait fallu tourner des plans assez longs car trois à quatre secondes sont en général nécessaires à l’œil pour percevoir le relief au cinéma et l’apprécier. En discutant avec Alma, j’ai compris qu’elle trouvait le côté Femen de son personnage plutôt marrant. Leur nudité est toujours montrée avec énormément de sérieux. Nous avons au contraire voulu jouer avec sa dimension comique. On n’est jamais plus puissant que lorsqu’on se déride un peu !

Certaines séquences des Algues maléfiques font référence aux grands classiques du genre. Comment avez-vous tourné celle du réveil des zombies, qui renvoie à La Nuit des morts-vivants (1968), de George A. Romero ?

C’était une scène compliquée à mettre en boîte car l’acteur enseveli n’entendait pas très bien les instructions et ne voyait évidemment pas ce qu’il faisait. Et il nous fallait tourner vite en raison de la marée et de la lumière, qui baissait très vite à cette période de l’année. Au départ, je souhaitais que la totalité du zombie sorte des algues à l’image. Mais nous avons finalement abandonné l’idée car celles sous lesquelles le personnage devait être enterré se sont très vite mises à dégager une odeur très forte qui nous empêchait de respirer ! Bref, c’était dangereux. Nous avons ensuite tenté d’utiliser des algues en plastique, mais le résultat était très moyen. Nous avons donc arrêté notre choix sur un plan serré d’une main qui s’extrait d’un tas d’algues, un peu comme dans le film de Romero.

Avez-vous un nouveau projet en cours ?

Je prépare un long métrage de vampires ! Un film burlesque avec du sang. Le montage financier est très complexe. Convaincre des financiers qui ne sont pas cinéphiles : c’est la principale difficulté d’un réalisateur dans le milieu du cinéma. Et pourtant, il se produit aujourd’hui plus de films de genre qu’auparavant.

Propos recueillis par Benoit PAVAN. 

Partager cet article

Inscription Newsletter

Cinémathèque de Grenoble

4 rue Hector Berlioz
38000 Grenoble

Horaires bureaux

Du lundi au vendredi
9h00 à 12h30 - 14h à 17h30

Centre de documentation

Sur rendez-vous
contact[a]cinemathequedegrenoble.fr

Adhésion :
Annuelle
Plein tarif | 20€
Tarif réduit | 10€*

À la journée
Plein tarif | 3€
Tarif réduit | 2€*

Contact et informations

Accueil : 04 76 54 43 51
contact[a]cinemathequedegrenoble.fr

Cinéma Juliet Berto

Passage du Palais de Justice
38000 Grenoble

Tarifs

Normal | 6,50 €
Réduit | 5,50 €
(-26 ans, +65 ans, demandeurs d’emploi, carte MC:2, abonné.e.s Tag)
Moins de 14 ans | 4 €
Carnet 6 séances | 30 €
Pass Culture | Tickets Action Cinémas | Cinéchèques
Tickets suspendus | Laissez un peu de monnaie, cela permettra d’offrir un ticket à 4€ à tout spectateur bénéficiaire des minimas sociaux qui pourra venir sur la séance de son choix

Accès

En tramway
• Ligne B : Notre-Dame Musée
• Lignes A et B : Hubert Dubedout

En bus
• Lignes C1, C3, C4, 40, T83, T84, T86, X01, X02 :
Victor Hugo
• Lignes 16 et 62 :
Notre-Dame Musée
• Lignes 12, 13, 14, 15, 6020 et T80 :
Verdun Préfecture

En vélo

En covoiturage
• laroueverte.com
• movici.auvergnerhonealpes.fr